Le ROC LA TOUR 2012, mon premier trail !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

05072012

Message 

Le ROC LA TOUR 2012, mon premier trail !




Allez, je me lance à mon tour pour un CR de ce joli trail ...

Natif des Ardennes, j'avais entendu parler de l'AMT lors des deux premières éditions, mais sans y prêter plus d'attention que ça ... Je n'étais pas vraiment branché trail à l'époque (je connaissais l'UTMB, mais sans plus : "ils sont vraiment malades de courir pendant des heures et des heures ces gars !").

Tout a vraiment commencé en août 2011 lors d'un trek au Maroc, quand j'ai rencontré un espagnol qui pratiquait un peu le trail : des similitudes sont apparues ...
A l'automne 2011, je me suis pas mal renseigné sur cette discipline, et j'ai repris progressivement la course à pieds.

Début janvier 2012, les bonnes résolutions sont prises : je tente le coup.
Inscription à l'Eco Trail de Paris pour fin mars, et au Roc La Tour pour fin juin.
Les objectifs sont fixés, reste à voir ce que ça donnera ...

Des périostites à répétition m'obligeront à ne pas prendre le départ de l'Eco Trail.
Commencer direct le trail par le Roc La Tour ? Ca va être chaud ...

Poursuite soft des entrainements du coup, puis augmentation de la charge en allant traîner du côté des 25 bosses à Fontainebleau.
Au moindre footing, apparition de tendinites au niveau des tibias ... Je suis maudit !
Traitement choc, et me voilà parti comme prévu pour un bon petit raid de 12 jours au Maroc (290km et +/-16300m) pour se remettre en forme.
Me voilà à un mois du RLT : encore quelques passages par les 25 bosses ... Gare au surentrainement !

J-15
Sortie cool de 10 bornes le samedi soir, et j'enchaine le dimanche matin une portion du RLT (Lyre - RLT - Corpias - RLT - Lyre - Longue Roche - Lyre).
Le terrain est lourd, mais tous les voyants sont au vert.
Reste maintenant à se (re)poser.

J-2
La décision est prise, je prendrai le départ.
Mon seul objectif : finir en 13 heures maxi !

J-1
Journée chargée : prendre la route le matin, manger, faire le sac, décider quoi prendre comme bouffe, aller retirer le dossard, se mettre dans l'ambiance, aller méditer au roc La Tour, refaire le sac, retirer de la bouffe, définir la stratégie pour l'eau, manger du riz, essayer de s'endormir à 22h ...

Jour J, 30/06/2012

Réveil à 02h30 (histoire de prendre un petit dèj assez espacé du départ ...) : j'y vais ou j'y vais pas ?
J'y vais !
Petit déj céréalier, et pose des indispensables pansements préventifs ...
15/20 minutes de route : arrivé aux Hautes rivières, me voilà obligé de me garer au début de la route qui mène au stade. La pression monte d'un cran en voyant tout ce petit monde se préparer dans la rue.
Dernières réflexions : je vire un peu de bouffe, je pense en avoir trop pris.
Direction le départ : l'ambiance est là, c'est à la fois joyeux et serein.
Quelques étirements en écoutant le brief, et entrée dans le sas à 04h40.
Concentration maximum pour ces 20 longues dernières minutes.
Nous sommes 610 je crois ... Mais qu'est ce que je fais là moi ?
Il fait frais mais pas froid.
Derniers échauffements.
05h00 : on ne part pas ?
05h06 : 5, 4, 3, 2, 1, ... Yallah !

Je prends volontairement le départ dans le deuxième tiers, histoire d'être sûr de ne pas me faire embarquer et de partir trop vite.
Du coup, le petit tour supplémentaire au départ se fait à la cool, en alternant marche et course ; très bien pour l'échauffement en fait.

Première montée : tout le monde marche et ça me rassure un peu ; une jolie procession de frontales sur la crête !
Par contre, on reste en file indienne pendant une bonne heure, avec quelques beaux bouchons, et je commence à regretter de ne pas être parti plus devant. "Pourquoi avoir fait le choix d'un départ commun AMT / RLT ? " (paradoxalement, c'est peut être grâce à ça que je suis arrivé au bout !).
Passage par le Col du Loup à 06h35 : ça décoince un peu et ça devient plus roulant.
Je m'éclate dans les descentes boueuses et double un peu, j'aime bien ce terrain ...
Dans la montée, je reviens tranquillement dans le rang pour ne pas me cramer.
Ultime descente pour arriver au ravit'eau de Haulmé à 07h32.

Gentille traversée du pont, et ça repart direct en côte.
En fait, tout n'est qu'alternance de montées et de descentes (je le savais !), sur un terrain de base technique, et là particulièrement gras ...
De quoi prendre son pied, non ?
Traversée au pied de 4 fils Aymon : j'essaye de me rappeler des prénoms et de les remettre dans le bon ordre ... "Le cheval ? Facile, c'est Bayard !".
Un trailer à terre : son collègue le soigne et ils n'ont pas besoin d'assistance, on continue donc.
Passage par la statue, et descente tranquille sur Bogny.
Traversée du pont et arrivée au ravit'eau de l'usine vers 09h25.

Départ du ravit'eau en traversant l'usine LCBA, ce qui est une initiative vraiment sympa pour faire découvrir le patrimoine industriel de la région !
Montée et passage par le fameux tunnel : je sors la frontale et suis assez surpris de garder les pieds au sec !
J'ai parlé trop vite ... la sortie du tunnel se fait obligatoirement dans vingt bons centimètres de boues liquide, ça arrive tout juste au niveau du haut des chaussettes en fait ...
La proprio est assise sur une chaise et regarde tranquillement les gens passer du haut de sa butte ;-)
"Bonjour Madame !"
Ayant les chaussures crades mais les pieds globalement secs, je ne veux pas risquer les ampoules, et ne profite donc pas de la marre aux canards proposée par une bénévole ...
Bonne montée après le tunnel, mais gérable.
Descente tranquille sur les hauteurs de Monthermé.
Une flèche à gauche ? Je tourne à gauche, en suivant les camarades de jeu. 5 minutes après, tout le monde fait demi tour, il n'y a plus de balises ! On dirait qu'on commence à passer en mode "mouton" ... (le balisage était pourtant bien visible ...)
Du coup je retrouve des gars dépassés un peu avant ...
En arrivant sur Monthermé, un trailer me montre la crête d'en face d'un air interrogatif : je lui confirme qu'on va bien repasser par là haut, et que la séparation AMT/RLT est juste après ! Il est justement en train d'hésiter entre les deux ...
Traversée de Monthermé rapidos (trop ?), et petit coup de pompe au début de l'Enveloppe (un collègue m'avait prévenu : "fais gaffe à la barre des 30km !"). Une barre et un gel me remettront d'aplomb pour cette montée régulière.
La longue roche, et rapidement voilà la séparation : pour ma part, ça sera tout droit, on ira voir le côté gauche l'an prochain ;-)
Descente tranquille le long de la crête pour rejoindre la Roche à 7 heures, puis arrivée à deux au ravit'eau des Cerceaux à 11h22. Un bénévole nous fait remarquer qu'on a l'air d'être assez en forme puisqu'on discute tout en courant ;-)

Gentille montée le long de la Lyre, sans se mouiller (les passerelles sont toujours aussi glissantes ...), et passage tant attendu par le Roc La Tour que j'ai tellement fréquenté les samedis après midi il y a plus de 20 ans ...
La descente aux Corpias se fait facilement malgré les caillasses ; le passage par l'échelle, assuré par le CAF 08, me rappelle lui aussi de lointains souvenirs ... Du coup, en attendant que l'échelle se dégage, on parle un peu escalade avec le bénévole du CAF.
Des maux de ventre apparaissent, et le mental prend le dessus pour continuer.
Je colle un jeune-en-forme pour ne pas perdre le rythme ;-)
Dans le feu de l'action, on a presque loupé le ravit'eau de Naux ! (ce n'est pourtant pas faute de marquage au sol !!)
Traversée de la passerelle et arrivée au ravit'eau à 13h01 pour une rapide pause (merci à la petite fille qui amenait les bouteilles !).

Retraversée de la passerelle, et c'est repartit pour la dernière (dure) ligne (presque) droite.
Un peu de halage, et rapidement voilà le pied de la fameuse montée, la dernière, celle qui mène au Champ Bernard.
Le jeune-en-forme double (en temps normal, j'aurais pris l'aspi !), mais là je la fais un peu plus cool avec un lillois, et ça passe tout seul.
Long plat relatif en haut de cette cote, pour passer par le Champ Bernard : pour calmer le jeu, on continue en mode marche active, tout en parlant Mustang et Dolpo !
On reprend le rythme pour la descente, et d'un coup on entend au loin le haut parleur de l'arrivée ! On n'y est pas encore, mais ça s'approche ...
Passage par le Chateau de Linchamps, avec quelques contorsions puis une jolie glissade sur la mousse pour mon collègue d'infortune.
On a le visuel sur l'arrivée de l'autre côté de la Semoy, à 400m à vol d'oiseau !
Mais, pour nous autres, pauvres trailers, il reste encore 3km à parcourir pour rejoindre ce point pourtant si proche ...
On se sépare.
Ultime descente le long d'un joli chemin pour arriver à la route de Hautes Rivières. La route est bien sécurisée par les bénévoles. Traversée du pont.
Je rejoins un autre lillois avec qui je finirai.
Je pensais qu'on allait prendre la route pour aller directement au stade, mais grave erreur de ma part : je fais du trail, pas de la route !!
Interminable passage dans l'herbe le long de la Semoy ... Contournement du stade, et ... passage de la ligne jaune pour un ultime bip à 14h31 ...

Restitution de la puce, mais je garde le dossard en souvenir !
Verification du pack de survie.
Une veste "Finisher" en cadeau !

Ces formalités accomplies, nous prenons la direction des voitures ... en marchant !



Bilan en un mot : ENORME !

Le Roc La Tour était mon premier trail (mon premier dossard en fait ...), et je ne regrette rien !
Quelque part, il était écrit que mon premier trail devait être dans les Ardennes.

Le chrono est moyen, mais l'objectif est atteint, et le plaisir au plus haut.
Ca vaut bien 3 jours de courbatures.

Encore MERCI à l'organisation et aux bénévoles, et on se verra peut être le 15 juin prochain ;-)

Beurt

Messages : 4
Date d'inscription : 16/06/2012
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum